Résultats de l’enquête « trajectoires » 2017 des ingénieurs diplômés en 2011

Lundi 22 janvier 2018, par Barbora Tomisova // Actualités

Cinq ans après avoir obtenu leur diplôme, les ingénieurs ENGEES ont été enquêtés pour connaître leur situation professionnelle et pour pouvoir la comparer aux années précédentes. C’est un outil précieux pour l’ENGEES, principalement pour s’assurer de l’adéquation des diplômes au marché du travail et si besoin, ajuster les enseignements.
Il s’agit donc en majorité de la promotion « Mayenne », mais comme les dates de l’obtention des diplômes peuvent différer (années de césure, validation du TOEIC etc.), on préfère parler des diplômes obtenus entre le 1er janvier et le 31 décembre 2011.

Que nous apprennent donc les résultats de cette enquête ?
Commençons par quelques bonnes nouvelles : parmi les personnes qui ont répondu (85 % de personnes concernées), il n’y eu a aucune en recherche d’emploi et 82 % sont en CDI.
Une nette augmentation des rémunérations en 5 ans est à noter, ce constat correspond aux résultats nationaux (enquête IESF). La médiane des rémunérations (primes comprises) a en effet évolué de 31 951 € en 2012 à 38 000 € en 2017. Il n’est pas sans intérêt de noter que la médiane des femmes (38 600 €) est supérieure à celle des hommes (38 000 €).
La satisfaction globale sur les missions exercés et sur l’environnement professionnel donne également une bonne image, bien qu’elle est en légère baisse. Lors de chaque enquête, la déception concerne les rémunérations ; la satisfaction « les relations avec les collègues ».
La durée de recherche du 1er emploi est d’environ 6 mois puis on observe une certaine stabilité vu le faible nombre de diplômés en recherche d’emploi. 25% occupent encore aujourd’hui leur premier emploi et 40% leur deuxième.
Selon les enquêtés, l’adéquation de la formation par rapport aux besoins des postes occupés est plutôt bonne, il faut néanmoins noter certaines lacunes. Des avis sont en effet partagés sur la « prise en compte des enjeux industriels, politiques, économiques, professionnels », sur « la capacité à innover et à entreprendre des recherches » ainsi que sur « l’aptitude à travailler en contexte international ».
Merci beaucoup à ceux qui ont répondu aux questionnaires !

Répondre à cet article